Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 23:21
Pour extraire un silentbloc, on préconise à juste titre l’utilisation de la presse hydraulique.
Il y a des modèles hydrauliques « made in-la bas » pas cher (une centaine d’euro) sur E-bay.
Bon ok, mais c’est encombrant.
 
Il y en a même des quasi-gratuites pour les plus bricoleurs :
http://bielles.free.fr/bielles-mecanique/presse_hydraulique.htm
 
Une autre solution est d’écouter sa fainéantise naturelle et de confier cette tâche au garagiste du coin. « Ne fais pas aujourd’hui ce que tu pourras faire faire demain par un autre » (proverbe Corse).
 
C’était ma première idée. Bien mal m’en a pris, après deux semaines d’attente le dit garagiste a renoncé lâchement après la rupture du caoutchouc du premier silentbloc. Ne voulant sans doute pas perdre son temps sur une activité jugée peu rémunératrice…
 
Il m’a donc fallut envisager un plan B (un vrai pas un à la Fabius ! ).
 
Cet article à fallit s'appeller r" Le bonheur est dans la rondelle" car ce sera l'astuce qui nous permettra d'extraire nos silent-blocs :
 
 
1) Un petit coup de lime.

Une simple rondelle nous sauvera la mise ! Il faut l’ajuster au diamètre extérieur exact du silentbloc.
 
  
D’où ce tour improvisé à l’aide d’une perceuse à colonne. D'aucun trouveront la lime trop petite, mais ce n'est assurément pas la taille qui compte !
 
On arasera soignement les débris de caoutchouc a l'aide d'un couteau (aussi vieux que la trelle assurément)
Le but est d’obtenir une parfaite surface d’appuis sur le tube externe du silentbloc. On boulonnera donc une rondelle à chaque extrémité.
Le boulon bien serré empêchera celle si de glisser.
Note : La deuxième rondelle n’a pas besoin d’être affinée exactement au diamètre du tube. Elle n’est là que pour servir d’appui à l’écrou ! 
 
 

2) Une belle paire de douilles !

Une douille donc le diamètre externe correspond au silentbloc et à la rondelle : Elle doit pouvoir passer à l’intérieur du tube du bras de suspension. Elle appuiera sur notre rondelle usinée
 
Une seconde douille de plus grand diamètre au moins légèrement supérieur au silentbloc qui doit pouvoir glisser à l’intérieur. Elle servira d’enclume, et appuiera sur le tube du bras de suspension.
 
On positionne le tout dans un étau !
3) Séance de dilatation
 
Chauffe Marcel !!!
 
Ca aide de dilater un peu le tube du bras de supension. Un important travail préparatoire (flot de dégripant la veille) et le chaufage prémilinaire éviteront de trop martiriser notre petite rondelle.
Et là, on sert à fond l'étau. Hoooo hisse !!!

Quand on entend un grand « Clackkkk », c’est tout bon : le silentbloc est décollé. Il ne reste plus qu’a serré à fond l’étau pour le faire glisser dans la grosse douille

On aperçoit ici le tube du bras de suspension libéré du silentbloc. 
Le silentbloc expulsé de son logement, il ne lui manque qu’un tente Quetchua !
Une autre vue du bras libéré. 
Voilà une rondelle bien éclatée grace à une solide paire de douille…
 
En guise de conclusion de cet article de pure mécanique auto, je rappellerai seulement la devise de l'ordre de la jarretière "honni soit qui mal y pense."
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Wirehead - dans Tips Restauration
commenter cet article

commentaires

Articles Récents